Autres: Motor Infos TV - La WebTV motorisée | | Moto Technologie
Comparateur 2 roues
 
Essai
mis en ligne le : vendredi 02 septembre 2011

Triton Baja 400 IRS

Triton Baja 400 IRS : l’enduriste au cœur de rocker

Texte : David | Photos : Boris Meyer | Vidéo : David V.
Garantie et Prix
- 2 ans pièces et M.O
- 5290 €
           Acheter     Assurer
Fiche technique
Moteur : monocylindre 4T, refroidi par eau,
Cylindrée : 359 cm3
Puissance maxi : 20 ch
Alimentation : injection
Mise en route :
Embrayage : automatique
Boîte : gamme courte, longue, marche arr
Transmission finale : chaine
Suspension av. : double triangulation, 2 amortisseurs réglables; ar. : IRS
Frein av. : disques; ar. : disque
Pneu av. : 21x7-10; ar. : 20x11-9
Réservoir essence : 14,8 litres
Longueur : 1825 mm
Poids à sec : 230 kg
Empattement : mm
Garde au sol : mm
Homologation :
Coloris : Noir, Blanc
Equipement de série
Gamme courte/longue
Neiman
Marche arrière
Frein de stationnement au levier gauche
Frein de parking type cuillère
Tableau de bord digital
Jauge à essence
Compte tours
Totaliseur total
Totaliseur partiel
Bumper avant
Freins de parking
Jantes alu
Voyant transmission
Suspensions indépendantes
Démarreur électrique
Protection d’amortisseurs
Bouchon de réservoir à clé sur charnière
Prise 12 volts
Bumper avant
Importateur / Distributeur

TRITON

Motana-France
Parc Technologique, 10 av. Ampère
78180 _ Montigny le Bretonneux
Tel : 01 30 14 70 70
Fax : 01 30 14 70 55

www.tritonfrance.com

Concurents
HONDA Sportrax 400 EX
Voir | Comparer

TGB 400 TARGET
Voir | Comparer

Triton Baja 400 California
Voir | Comparer | Essai

Triton Baja 400R LTD
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA YMF 350 R
Voir | Comparer

Le constructeur taiwanais Triton élargit sa gamme sport enduro avec cette déclinaison du Baja 400 en version IRS. Ce modèle adopte donc d'un train arrière à suspensions indépendantes contrairement à son homologue standard équipé d'un bras oscillant classique avec mono amortisseur. Pour le reste, le 400 IRS reprend les mêmes ingrédients à savoir la facilité d'un quad automatique et les performances d'une machine sport loisirs. En effet, le monocylindre 4 temps 360 cc injection à refroidissement liquide fait preuve d'une belle vigueur et permet de s'adonner à toutes les excentricités. Démonstration.
Effet de mode ou réel apport technologique, les quads à suspensions indépendantes n’ont cessé de se multiplier au sein des différentes gammes des constructeurs du monde entier. Si l’adoption d’un système IRS se conçoit naturellement sur un modèle baroudeur destiné aux franchissements et aux longues randonnées, le concept reste plus flou sur des machines orientées vers le sport. Explications du phénomène en compagnie du nouveau Triton Baja 400 IRS.

L’alliance du sport et de la polyvalence

A première vue, le Triton Baja 400 IRS  a tout du quad sport-loisirs par excellence. Son gabarit compact, son habillage agressif et ses jantes alu de 9 et 10 pouces ne laissent planer aucun doute sur ses velléités dynamiques. Cette prédisposition à l’attaque se confirme par l’utilisation de freins à disques pétales et par l’adoption de chaussettes d’amortisseurs siglé Triton dans le plus pur style Racing. Voilà pour la partie sportive mais qu’en est-il de la partie loisirs ?
Pour s’adapter au plus grand nombre, le Triton est dépourvu de boîte de vitesse manuelle. Le pilote peut donc enclencher sans embrayer la gamme courte ou longue, le point mort et la marche arrière via le levier situé sur le flanc gauche. Décidément très civilisé, le Baja est également doté d’un frein de parking pour stationner, d’une prise 12 volts, d’un bouchon de réservoir ferment à clé monté sur charnière sans oublier la présence d’un blocage de direction sur la colonne de direction. Enfin, le Franco-Taiwanais bénéficie d’un tableau de bord digital relativement complet (heure, compte-tours, jauge à essence, odomètre) et reçoit naturellement les éléments d’homologation obligatoires pour un quad destiné à évoluer en dehors des terrains privés. Plutôt polyvalent dans sa version standard, le Triton IRS se veut encore plus homogène en associant un nouveau train arrière à suspensions indépendantes et un moteur plutôt explosif pour la catégorie.


Independance Day

La technologie IRS permet à chaque roue de bénéficier de son propre système d’amortissement. Par exemple quand la roue gauche avale une aspérité, la roue droite n’est pas affectée par cette déformation comme elle pourrait l’être avec un essieu rigide. Revers de la médaille, les suspensions indépendantes ont la fâcheuse tendance à s’écraser dans les courbes gênant du même coup la prise de virage à plat et limitant sensiblement les dérives (si jouissives) du train arrière. Pour pallier ce phénomène, une technique consiste à placer une barre antiroulis  permettant de contenir les écarts de débattement entre les roues. En augmentant le diamètre de cette barre, la rigidité du train arrière est donc renforcée mais le confort s’en trouve nettement dégradé. Il est donc nécessaire de trouver le compromis idéal pour disposer d’une machine homogène. C’est donc ce système de suspensions indépendantes avec barre antiroulis qui équipe le nouveau Baja 400 a contrario de son homologue à arbre fixe toujours disponible au catalogue du fabricant.

Châssis ferme et moteur puncher

Les premiers mètres au guidon du Triton se révèlent plutôt déroutants en raison de son gabarit ultra compact qui altère bon nombre de repères. L’engin semble amputé de son train avant si bien que le regard du pilote semble être en prise directe avec la piste. Si cette sensation de vide est grisante, il est parfois difficile de bien situer le nez de la machine par rapport au terrain. Après quelques minutes de roulage, l’appréhension s’efface au profit d’une hausse de rythme progressive. Légèrement sous vireur à basse et moyenne vitesse, le Triton devient nettement plus joueur et survireur dès que l’on presse généreusement la gâchette. Il faut dire que le monocylindre injection refroidi par eau de 359 cc est certainement l’une des plus expressifs de la catégorie. Puncher à bas régime voir carrément spectaculaire à l’accélération, il se montre tout aussi généreux au niveau des reprises. Pour obtenir de telles performances, les ingénieurs ont quelque peu sacrifié l’allonge en proposant une machine qui régule à l’approche des 80 km/h. Côté freinage, ce 400 offre une puissance convaincante et un bon feeling en dépit d’un petit manque de constance en conduite rapide. Le châssis pour sa part se montre très rigoureux au détriment d’un confort de suspensions en retrait. En effet malgré l’apport de la technologie IRS, le train arrière conserve la rigidité propre aux machines dotées d’un arbre fixe. En revanche, le contact sol/pneu est sensiblement amélioré tout comme la garde au sol qui gagne quelques centimètre facilitant ainsi les passages plus techniques. Dans ces conditions, le Triton profite une nouvelle fois de sa formidable compacité et de l’incroyable santé de son moteur pour se jouer de la majorité des pièges.
Conclusion
Déroutant de prime abord du fait de son gabarit ramassé et de son étonnante vivacité, le Triton Baja 400 IRS se laisse progressivement dompter pour finalement dévoiler un formidable potentiel. Ferme et réactif, le châssis invite à la glisse d’autant que le monocylindre 4 temps n’est pas avare en sensations. Il pousse, il relance…Une vraie belle surprise. Le constat est plus nuancé concernant l’arrivée de suspensions indépendantes au comportement trop discret pour apporter un surplus de confort. Elles offrent en revanche un comportement plus sain du train arrière qui rebondit moins sur les bosses. Au final, ce Triton n’est peut–être pas indispensable pour les possesseurs de la version standard…Mais il mérite largement l’attention de tous ceux qui n’ont pas encore eu le plaisir de goûter à ce modèle.
Punch moteur
Partie-cycle vive
Fun
Suspensions fermes
Levier de sélection peu précis
Moteur :
Partie-cycle :
Esthetique :
Equipement :
9/10
7/10
7/10
7/10


Vitesse maxi :


nc
Note Finale :   7,5/10
Réaction(s) (1)
1 | écrit le vendredi 11 novembre 2011 à 19h44 par Ben
Je possede un triton 400 baja irs totalement d'originie et je peux rouler plus vite que 80km/h, je suis monté jusqu'a 100km/h
Réagir sur cet essai :
Pseudo :

Email : (ne sera pas affiché sur le site, mais un mail de validation vous sera envoyé)

Votre commentaire :

Smiley: :evilgrin: :waii: :unhappy: :tongue: :surprised: :smile: :happy: :wink:
Recopiez le code ci-contre (chiffres uniquement):
Occasions quad
Boutique
.: Tags :.
Partenaires